dimanche 27 mai 2018

Platine

Régine Detambel

Actes Sud, 2018



Jean Harlow : ce nom ne vous est certainement pas inconnu et, tout comme moi, sans doute l’associez-vous à l’un des innombrables sex-symbols produits par Hollywood. Mais ce que j’ignorais, c’est qu’il avait été le premier de cette longue tradition. Et en lisant ce livre, je me suis aperçue que je ne connaissais en fait rien de l’actrice.
Il faut dire qu’elle n’a pas tourné dans des films inoubliables. Morte à vingt-six ans, elle n’a guère eu le temps de laisser d’autre empreinte que celle de bombe platine à la poitrine incendiaire. C’est pourtant bien elle qui se consumera irrémédiablement dans ce rôle.

Après le divorce de ses parents, la jeune Harlean Carpenter part vivre à Los Angeles avec sa mère et le nouveau mari de celle-ci. Se sent-elle de trop au sein du couple ? Elle ne songe qu’à s’en échapper et se marie à l’âge de seize ans avec un jeune homme dont elle divorcera trois mois plus tard. Pour ne pas avoir à retourner au domicile parental, il lui faut gagner sa vie. Hollywood est là, à deux pas. Elle est prête à tout pour faire un bout d’essai, obtenir un rôle de figurante ou même faire office de doublure.

Très vite, son incroyable blondeur et sa divine silhouette attirent l’attention d’Howard Hughes. La voilà propulsée dans de fastueuses soirées où elle ne sait trop à qui parler, et le contrat qu’elle signe avec la MGM fait définitivement d’elle un produit exploitable à l’envi.

Au-delà de la tragique biographie de l’actrice, ce livre aussi bref que percutant illustre parfaitement la manière dont «l’industrie du rêve» déploie tout un arsenal d’outils et de stratégies pour assurer les conditions de sa pérennité et de sa croissance. Certes, ce que relate ce livre est désormais bien connu, qu’il s’agisse de la manière dont elle phagocyte les acteurs, victimes sacrificielles de ce miroir aux alouettes, ou du caractère intrusif des majors qui prétendent régenter le moindre détail de la vie privée des stars priées de se conformer au cahier des charges qui leur est donné. 

Jean Harlow paiera le prix fort son manquement aux règles lorsqu’elle épousera un scénariste de vingt ans son aîné, Paul Bern, totalement inconnu du public. Le jour du mariage, elle ne connaît pas encore son terrible secret, mais l’époux est loin de répondre aux critères de virilité requis pour assurer le glamour et la légende. Lors de la nuit de noces, lorsque Paul ne pourra plus cacher son sexe atrophié, il ne supportera pas ce qu’il vit comme une humiliation et l’homme jusqu’à présent si doux, si élégant et si attentif s’attaquera à son épouse avec une violence inédite.

Le corps de Jean conservera la mémoire des coups reçus, sans doute à l’origine de la maladie qui entraînera plus tard sa mort. Mais avant cela, le temps faisant lentement son oeuvre, il restera cinq années au cours desquelles Harlow sera priée d’accrocher la lumière, de pointer les seins en avant, de porter des tenues suggestives, moins pour jouer la comédie que pour exciter le désir masculin. 
Le regard que pose Régine Detambel sur le dernier film de la star, Saratoga, tourné avec Clark Gable, révèle combien ce corps prématurément usé, abîmé, devra néanmoins jusqu’au bout assurer ses engagements, quoi qu’il lui en coûte, et il faut reconnaître à Jean Harlow une réelle abnégation. Sous la plume de l’auteure, ce film apparaît, avec une grande justesse, comme l’illustration ultime de la marchandisation des corps, dans un système au cynisme sans limite.

Comme je le disais, on sait tout cela depuis bien longtemps. La récente affaire Weinstein vient pourtant de nous rappeler qu’en la matière, les choses n'ont hélas guère évolué. 

S'inscrire dans la légende semble avoir un coût. Et il est élevé. 


13 commentaires:

  1. C'est un univers qui ne m'attire guère. Et Régine Détambel, depuis son affaire de plagiat, j'ai un peu de mal ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai complètement zappée, cette affaire, pour ma part... Quoi qu'il en soit, j'ai trouvé ce livre extrêmement pertinent.

      Supprimer
  2. Bonjour,
    Cette histoire m'en rapelle une autre , celle là vécue par une de mes amie, qui elle n'est pas sous les feux de la rampe;
    cette histoire est une autre manière de montrer comment le corps de la femme est constitué en propriété privée, très privée

    RépondreSupprimer
  3. Le thème est intéressant mais l'univers ne me tente plus... j'ai un peu trop lu sur cette période à Hollywood sur des destins similaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, pas tant que ça. Et en tout cas pas sous cet angle-là.

      Supprimer
  4. Je ne savais pas que Jean Harlow était morte aussi jeune … Voilà un roman qui m'intéresserait, en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, peut-être t'apercevras-tu comme moi que tu ne connaissais pas réellement cette actrice. Mais ce livre va bien au-delà de la biographie.

      Supprimer
  5. Le genre de "portrait" qui ne me tente pas du tout. Il faut dire que le cinéma, les stars et leurs excès ça ne m'intéresse pas une seconde ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais en fait, ce n'est pas vraiment le sujet. Certes, c'est l'histoire de Jean Harlow, mais l'auteure ne s'attarde pas sur les détails. Elle s'attache à démontrer la manière dont le cinéma n'est qu'une industrie - certes pas tout à fait comme une autre - mais qui a vocation à prospérer, fût-ce en sacrifiant les paramètres humains.

      Supprimer
  6. Merci de me signaler ce livre de Régine Detambel, un écrivain que j'aime beaucoup. Le thème me surprend mais bon...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas suffisamment l'auteure (et même vraiment pas) pour savoir si ce sujet peut surprendre. Quoi qu'il en soit, j'ai trouvé le texte excellent.

      Supprimer
  7. Comme Bonheur du jour, je ne m'attendais pas à un tel thème sous la plume de Régine Détambel mais je serais curieuse de voir ce qu'elle en a fait !

    RépondreSupprimer