dimanche 10 février 2019

L’ombre d’un père


Christoph Hein

Métailié, 2019


Traduit de l’allemand par Nicole Bary


Konstantin n’a jamais connu son père. Nazi convaincu, criminel de guerre absolument dénué de scrupules, celui-ci fut exécuté en Pologne lors de la défaite allemande. Passée sous silence par sa mère lorsqu’elle apprit de quoi son mari s’était rendu coupable, l’histoire de ce père ne cessera cependant de peser sur les épaules de Konstantin. 
Au sortir de la guerre, sa mère s’était pourtant battue auprès de l’administration pour reprendre son nom de jeune fille et le donner à ses deux fils. Elle avait pourtant rejeté tout geste entrepris par son beau-frère pour réhabiliter son mari et lui permettre de toucher une pension. Elle avait pourtant encore refusé l’héritage dont elle aurait pu bénéficier, préférant vivre dans le plus complet dénuement plutôt que de devoir quoi que ce soit à l’homme monstrueux qui fut son époux.
Mais qu’ils le veuillent ou non, les Müller, ou les Boggosh comme ils se nomment désormais, sont marqués au fer rouge.   

Pour fuir cet héritage, Konstantin ne voit d’autre issue que de quitter son pays. C’est à Marseille qu’il tente de se construire un avenir. Mais le passé familial qu’il s’efforce de taire s’interpose sans cesse entre lui et tous ceux qui furent victimes de la barbarie nazie. Ecrasé par le poids de la culpabilité, il rentre chez lui, restant marqué du sceau de l’infamie... A l’Est, où il réside après l’édification du Mur, son « dossier » le rattrape constamment et Konstantin n’a d’autre choix que d’apprendre à vivre avec cette hérédité qui l’entache.

Christoph Hein revisite l’histoire contemporaine de l’Allemagne à travers un roman ample et captivant. Choisissant un mode de narration ultra classique mais furieusement efficace, il donne la parole à un Allemand qui, au soir de sa vie, retrace toute son existence. Une existence dominée par le secret et par un sentiment de culpabilité dont il est impossible de se libérer. Entre conscience de l’horreur des actes commis et compromissions omniprésentes au sein du régime communiste, l’auteur donne à voir une génération sacrifiée, privée de toute possibilité de penser son passé comme de bâtir son avenir. 

Si le roman se situe essentiellement dans les années d’après-guerre et de guerre froide, et si j’avais pu espérer que la période actuelle soit davantage abordée, ce texte se révèle néanmoins passionnant. Son ampleur et la fluidité de sa forme narrative permettent au lecteur d’entrer en empathie avec le personnage pour saisir tous les obstacles tant psychologiques que conjoncturels auxquels il doit faire face.
Entre récit intimiste et fresque historique, ce roman embarque littéralement son lecteur pour lui offrir un formidable éclairage sur l’Allemagne contemporaine et sur son peuple.


Retrouvez aussi ce roman sur You Tube !



 © Philippe Matsas / Editions Métailié 



10 commentaires:

  1. Les Allemands n'en auront jamais fini avec ce passé. On a dû tout écrire sur le sujet, reste aujourd'hui à le faire de façon encore percutante et originale.
    (J'ai bien trouvé ton lien sur le groupe "Lire le monde" mais l'Allemagne est un des 5 pays d'Europe non concernés...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah... on en parle donc tant que ça, de ce cette littérature ? Je n'avais pas l'impression...
      En ce qui concerne ce livre, je ne dirais pas qu'il est original dans sa forme, mais il est d'un classicisme très maîtrisé et a une belle profondeur. Je l'ai trouvé captivant, je n'ai pas lâché.

      Supprimer
  2. très bon souvenir de lecture ! je publie ma chronique cette semaine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me disais bien que je n'avais pas vu ta chronique... Parce qu'il me semble que tu en as parlé, quand même... J'irai voir ton billet, bien sûr !

      Supprimer
  3. Sujet qui me fascine depuis mon voyage en Allemagne... on avait fait des tours guidés qui en avaient beaucoup parlé, de cette après-guerre, de cette culpanbilité... bref, ça me tente.

    RépondreSupprimer
  4. Je l'ai repéré et je suis très tentée. Tout comme je suis tentée par "Secrets" de Marcel Beyer, chez Métailié également. Ce thème me passionne. (Aifelle)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a tellement de livres qui me tentent, depuis toujours, chez cet éditeur...
      Et le thème est en effet passionnant.

      Supprimer
  5. après ton avis et celui d'Electra, très très envie de le lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne s'est pas concertées, mais on a effectivement fait un beau doublé ;-)

      Supprimer