jeudi 10 janvier 2019

Le songe de Goya

Aurore Guitry

Belfond, 2019




Etonnant petit livre que celui-ci, qui mêle l’oeuvre et la biographie de Goya ! Or, lorsqu’on connaît les séries de gravures de l'artiste, véritables charges contre la société de son temps, on peut s’attendre à croiser de terrifiantes créatures...

En 1793, alors qu’il est parvenu à entrer dans les faveurs de la famille royale, qu’il est devenu le peintre officiel de la cour, Goya tombe gravement malade. Sans doute le saturnisme, qui lui inflige de terribles épisodes de fièvre allant jusqu’au délire. Au plus fort de ces crises, Goya se voit soigné par une sorcière entretenant des relations avec les morts, confronté à des moines à tête de bourrique ou de dindon, à des médecins aussi sots que des ânes ou à de nobles femmes cédant à leurs plus bas instincts...

Dans ses rares moments de lucidité, Goya souffre de ne plus pouvoir peindre. Terriblement affaibli, il tient à peine debout, tandis que, dehors, les échos du carnaval semblent rejouer l’infernale comédie du songe de sa raison.

Lorsque, après plusieurs mois, il vaincra la maladie - qui le laissera néanmoins sourd - Goya reprendra ses pinceaux, peignant le jour les tableaux qui lui sont commandés par les notables, restituant la nuit les scènes infernales que lui inspirent la folie et l’hypocrisie des hommes.

Ce texte surprenant fonctionne par sa brièveté, comme l’une des fulgurantes visions du peintre. Il donne envie de voir ou de revoir ces étonnantes gravures, d’une incroyable modernité, qui dénonçaient avec une force inégalable les moeurs de leur temps. Pour ma part, j’ai eu la chance de les admirer l’été dernier au musée Goya de Saragosse, qui possède une magnifique collection, visible dans des conditions exceptionnelles, la foule ne se précipitant pour les voir... 

Comme, dans l’immédiat, il vous sera sans doute plus facile de vous procurer ce livre que de vous rendre à Saragosse, voici donc une lecture parfaite pour entrer dans l’univers de l’artiste... en attendant de vous prévoir toutefois un petit week-end en Aragon !  

















8 commentaires:

  1. Et voilà qui enrichit ta collection dite "artistique"... Un livre certainement passionnant et éclairant quand on connait et aime Goya, ce qui n'est pas mon cas (en fait je connais peu et c'est loin d'être ce que je préfère en peinture...). Ceci dit, il fait partie du genre d'ouvrages que je trouve essentiels dans le paysage littéraire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, je l'ai vraiment découvert cet été en Espagne. Non pas au Prado, où il y a évidemment ses toiles les plus célèbres et que j'avais d'ailleurs déjà vues, mais à Saragosse, dans ce musée méconnu, en particulier dans une salle plongée dans l'obscurité et quasi déserte, où j'ai pu regarder attentivement et une à une ces gravures absolument exceptionnelles, accompagnées de textes très éclairants. Ce musée, pour cette salle, vaut vraiment le détour (et puis Saragosse est une ville très agréable, avec une grande place de toute beauté !)

      Supprimer
  2. Ce sont des visions d'horreur, au bout d'un moment on doit se sentir oppressé non ? Surtout que les dessins sont extrêmement puissants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, pas du tout. C'est vrai qu'il y a tout une partie qui concerne les méfaits et les sévices exercés sur les Espagnols par les soldats français (et là, je dois dire que tu n'es pas très fière de ta nationalité...) qui est assez dure.
      Mais le reste, c'est souvent une critique sociale, comme cet âne que l'on voit soigner un malade ou des prélats qui se comportent - littéralement - comme des cochons.
      L'exposition des oeuvres est très bien faite, et il y a pour chacune d'elles un texte explicatif du contexte et de ce qu'a voulu dire l'artiste. Donc l'émotion produite par l'image est aussitôt analysée, rationalisée, je dirais. Au final, on n'est pas saturé (et je peux te dire que j'y ai passé un certain temps - quoi qu'écourté parce ce que mes fils, eux, commençaient à s'impatienter...)

      Supprimer
  3. Les gravures sont saisissantes, je t'envie d'avoir pu les admirer, surtout ainsi, en toute tranquillité. L'oeuvre de Goya est fascinante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je reconnais que c'est un des beaux et marquants souvenirs de mes dernières vacances d'été :-)

      Supprimer
  4. Goya est un artiste qui intrigue. Son oeuvre me fascine. Du coup, c'est officiel que je note.

    RépondreSupprimer