mardi 23 avril 2019

Comme elle l’imagine


Stéphanie Dupays

Mercure de France, 2019



Non, non, je vous rassure, je n'ai pas cédé à la vogue des romances érotiques ! Contrairement à ce que la couverture pourrait laisser croire, ce roman n’est pas un ultime avatar de 50 nuances ou autre After qui font aujourd’hui les délices de certains éditeurs. Il y est pourtant bien question d’attirance et de jeu de séduction. Mais à l’ère 2.0, les scènes pimentées restent à l’état de fantasme plus ou moins assumé...

Laure a longtemps résisté à l’attraction des réseaux sociaux. A vrai dire, l’étalage de photos et de considérations d’une absolue vacuité ne présentaient pour cette spécialiste de Flaubert, plutôt encline à passer son temps dans les livres, absolument aucun intérêt. Mais voilà qu’elle crée sa page, histoire peut-être de ne pas être complètement hors de son temps. Quelques posts, quelques likes, et un membre de cette gigantesque toile finit par retenir son attention. Vincent et Laure en viennent rapidement aux échanges de messages privés. De leur commune sensibilité et de leurs centres d’intérêt partagés naît une complicité, qui se transforme bientôt chez Laure en un sentiment qu’elle finit par reconnaître comme amoureux. En même temps que son désir, augmente l’envie de concrétiser cette rencontre dans la vraie vie. Mais que peut-elle en attendre ?

A travers l’histoire de cette jeune femme, Stéphanie Dupays sonde la manière dont l’apparition et la désormais omniprésence des réseaux sociaux a profondément modifié les relations entre individus, jusque dans leurs composantes les plus intimes. Elle insiste surtout sur cette mise en scène permanente de soi à laquelle, tout en prétendant se révéler, chacun se prête dans ce vaste espace fictionnel qu’est la Toile. Convoquant tour à tour Barthes et Proust, références qui lui sont sans doute aussi familières qu’à son héroïne, l’auteure s’attarde sur les différents signes que Laure tente d’analyser avec plus ou moins de pertinence.

Ce roman n’est pas le premier - ni sans doute le dernier - à interroger les nouvelles pratiques de sociabilité issues des technologies du numérique. Outre l’agréable moment de lecture qu’il nous offre, il nous invite à examiner nos propres usages pour, espérons-le, investir les réseaux sociaux avec lucidité et intelligence, et en tirer ainsi le meilleur parti.


N'hésitez pas à compléter la lecture de ce billet avec celle de l'excellente chronique de Nicole




A la ligne, Joseph Ponthus, La Table Ronde
Boys, Pierre Theobald, Jean-Claude Lattès
Comme elle l'imagine, Stéphanie Dupays, Mercure de France
Des hommes couleur de ciel, Anaïs Llobet, L'Observatoire
Ecorces vives, Alexandre Lenot, Actes Sud noir
Ivoire, Niels Labuzan, Jean-Claude Lattès
L'Appel, Fanny Wallendorf, Finitude
Le matin est un tigre, Constance Joly, Flammarion
Les heures solaires, Caroline Caugant, Stock Arpège
Les petits garçons, Théodore Bourdeau, Stock Arpège
L'odeur de chlore, Irma Pelatan, La Contre-Allée
Saltimbanques, François Pieretti, Viviane Hamy
San Perdido, David Zukerman, Calman-Levy

Suiza, Bénédicte Belpois, Gallimard
Tête de tambour, Sol Elias, Rivages
Varsovie-Les Lilas, Marianne Maury-Kaufamann, Héloïse d'Ormesson
Vigile, Hyam Zaytoun, Le Tripode

12 commentaires:

  1. Elle avait déjà un beau premier roman?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui : Brillante. Mais je ne l'avais pas lu.
      La sélection des 68 inclut désormais des deuxièmes romans...

      Supprimer
  2. Je ne te sens pas hyper enthousiaste... non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ha ! Ça c'est parce que tu es habituée à l'alternance de mes fracassantes détestations et de mes envolées lyriques !
      J'ai apprécié ce livre, que j'ai trouvé très juste et très pertinent dans ce qu'il démontre. Mais c'est vrai que le style m'est apparu peut-être un brin classique à mon goût et que j'ai trouvé la chute peut-être un peu facile. Mais c'est à lire, néanmoins.

      Supprimer
  3. Le thème est on ne peut plus actuel. S'il croise ma route, je verrai ... Aifelle.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai lu des billets plus enthousiastes... mais bon, pour une lecture agréable, pourquoi pas, s'il est à la bibli.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que j'ai trouvé ce roman intéressant, pertinent et plutôt bien mené. Mais j'aurais aimé qu'il soit peut-être un peu plus incisif.

      Supprimer
  5. Un roman dans l'ère du temps, quoi. Par certain qu'il me passionne...

    RépondreSupprimer
  6. je ne connais pas du tout l'auteure! je le note :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est son deuxième roman. L'auteure est par ailleurs l'une des chroniqueuses du Monde des livres.

      Supprimer