dimanche 16 octobre 2016

La rentrée n’aura pas lieu

Stéphane Benhamou

Don Quichotte, 2016



Faut-il travailler pour vivre ? Sans doute, à condition de ne pas en mourir.

Que n’ai-je lu ce livre deux mois plus tôt ! Imitant ses protagonistes, peut-être, à l’heure qu’il est, serais-je encore au bord de ma piscine à bouquiner tout au long de la journée ! Car tel est bien ce qu’imagine Benhamou dans ce malicieux récit : quelque onze millions d’aoûtiens, au terme de leurs congés, renoncent à rentrer chez eux.
Stupeur et incrédulité gagnent le pays lorsque, le dernier week-end d’août, contrairement aux prévisions de Bison futé, les routes demeurent désertes. Les vacanciers auraient-ils massivement décidé de retarder leur retour de quelques jours ? Pourtant, dans les tout derniers jours du mois, nombreux sont ceux qui n’ont toujours pas repris leur poste... Début septembre, le pays est à l’arrêt et les enfants n’ont pas reparu dans les écoles...
Personnel politique, psychologues, journalistes, tous s’interrogent sur les raisons de cette désertion, qui suscite chez certains des réactions de rejet et de colère. La seule explication fournie par les intéressés est : « Je préférerais ne pas rentrer, pour l’instant ». 

Sans qu’il s’agisse d’une décision mûrement réfléchie, ces hommes et ces femmes ne trouvent tout simplement plus la force ni la motivation de retourner travailler. Ils veulent seulement prolonger ce moment de pause, hors cadre, hors tension, hors pression. Très vite, toutefois, il faut s’organiser pour tenir. D’autant que les réactions à leur égard ne se font pas attendre : menaces de licenciement de la part des patrons ou arrêt de l’alimentation des distributeurs d’argent dans les banques.  
Des médecins constatent que nombre de ces vacanciers présentent des symptômes relevant du stress au travail. Mais cela n’existe pas pour les patrons qui refusent catégoriquement de voir reconnaître le travail comme cause de souffrance et de pathologies. Pourtant, se heurtant à l’obstination des Aoûtiens, le Medef organise à travers la France une journée d’information visant à définir la question du stress au travail, pauvre initiative qui révèle bien vite son inanité...

Les salariés rentreront-ils finalement dans le rang ? Je vous laisse le soin de le découvrir en lisant cette fort plaisante fable. Certes, on n’y découvrira pas grand chose que l’on ne sache déjà : que la pression et la déresponsabilisation croissante des salariés ne produisent que souffrance et démotivation ; que le burn-out touche les personnes les plus investies dans leur métier, qu’il n’est autre qu’une manifestation « du désespoir et de l’épuisement de ceux qui avaient espéré s’épanouir aux heures de bureau »; que les « formations » ou les coachings proposés aux managers ne sont la plupart du temps que de la poudre aux yeux...

Il n’en reste pas moins que sous une forme légère et ludique, ce récit met en évidence la fièvre qui rongent le corps social et nous dit qu’il faudra bien trouver un traitement efficace avant que la maladie ne provoque des dégâts irréversibles

Nicole a également apprécié cette lecture


32 commentaires:

  1. Je n'en ai pas entendu parler et j'aime beaucoup le thème ! j'aurais adoré faire ça lorsque je travaillais encore et je confirme : la retraite, c'est la délivrance ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore quelques années en ce qui me concerne… D'ici-là, ce serait vraiment bien qu'il y ait une vraie réflexion de fond de toutes les parties concernées pour que les choses changent. Et pourquoi ne pas diffuser largement ce petit bouquin dans les entreprises ? Si seulement ça pouvait amorcer quelque chose...

      Supprimer
  2. Dommage qu'on n'en ait pas beaucoup parlé de ce livre... Il pose de vraies questions que le mode humoristique rend très accessibles et renvoie une image assez vraie de notre société...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je trouve qu'il permet d'aborder cette thématique ô combien cruciale d'une manière tout à fait décontractée. C'est ce qu'il faut parfois pour les sujets qui fâchent...

      Supprimer
  3. Les billets que je lis donnent envie!

    RépondreSupprimer
  4. Un sujet qui sort de l'ordinaire. Je suis vraiment intriguée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a de quoi !
      C'est vraiment un traitement original et intéressant pour un sujet de société qui nous concerne tous.

      Supprimer
  5. Cette fable n'est-elle qu'une fable? ou une utopie possible?
    trouver des formes de résistance passive relève de l'imaginaire aussi
    alors un livre ça donne aussi des idées et ça fait prendre la mesure de ce qu'il y de sous-jacent dans le corps social

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout l'intérêt des fables.
      Le plus difficile est peut-être justement la prise de conscience, la levée des dénis. Ensuite, tous les espoirs sont permis...

      Supprimer
  6. je n'en avais pas entendu parler mais le sujet est passionnant!
    (et là je viens de rentrer de vacances, et je me dis que j'aurais dû rester au soleil!!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon courage pour la rentrée… A moins que tu aies in extremis renoncé ;-)

      Supprimer
  7. Il m'attend. J'espère l'apprécier comme toi, même si je n'apprendrai pas grand chose sur le monde du travail apparemment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on est en activité, je crois qu'on est malheureusement plus ou moins confronté à ce qu'évoque ce roman ; on n'est donc guère surpris. Mais Benhamou a vraiment trouvé une manière intéressante, intelligente et originale d'aborder cette question.

      Supprimer
  8. Ce livre m'attend à côté du lit!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je serais assez tentée de dire qu'il n'y a peut-être pas de meilleur endroit pour lire ce roman ;-).
      Bonne lecture à toi !

      Supprimer
  9. J'adore le pitch, et le titre ! Je le note, merci pour la découverte !

    RépondreSupprimer
  10. Heureusement que je ne suis pas tombée dessus fin août : déjà que je n'étais pas hyper motivée pour rentrer... ça fait un peu peur ce genre de fable, n"empêche, qui en dit long sur la détérioration du milieu du travail depuis quelques années.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui ! Il y a beaucoup à en dire.
      Il serait vraiment temps dans ce pays qu'on se rende compte que pressurer les salariés, et plus généralement les gens qui travaillent, est plus contre-productif qu'autre chose. C'est horrible de voir à quel point les gens sont démotivés, même - et peut-être surtout - lorsqu'ils sont supposés faire un travail intéressant.

      Supprimer
  11. Même si le message ne semble pas révolutionnaire, il faut avouer que l'idée de base fait rêver... On devrait peut-être en prendre de la graine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Carrément !
      Maintenant que l'idée est lancée...

      Supprimer
  12. Ce livre m'intrigue particulièrement depuis sa sortie. Je pense que je vais me laisser tenter à l'occasion :)

    RépondreSupprimer
  13. Deux livres en cours à terminer et ce sera ma lecture suivante.

    RépondreSupprimer
  14. C'est un sujet qui nous concerne tous alors, pourquoi pas! Les avis sont enthousiastes en plus :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en ai pas vu beaucoup, malheureusement... Mais en effet, tous ceux que j'ai lus étaient plutôt enthousiastes.

      Supprimer
  15. Un sujet, original, très moderne, qui m'intéresse beaucoup! Je me demande juste comment elle a pu en faire un roman. ça ressemble plus à un documentaire! A retenir, donc!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, c'est vraiment un traitement romanesque. Mais c'est vrai qu'on y retrouve beaucoup d'éléments qui nous rappellent notre quotidien, malheureusement...

      Supprimer
  16. Oh, quel titre ! Il m'intéresse celui-là !

    RépondreSupprimer