vendredi 3 avril 2015

Ciel d'acier

Michel Moutot

Arléa, 2015


☀ ☀ ☀



Une fresque magnifique, à la démesure de l'Amérique.

Ne cherchez plus ! Je sais que nous ne sommes qu’au mois d’avril, mais vous tenez votre bouquin de l’été - enfin, l’un de vos bouquins -, de ces sagas qui se lisent d’une traite et vous emportent d’emblée dans leur univers sans possibilité de retour !

Connaissez-vous les ironworkers ?
Il s’agit de ces ouvriers spécialisés dans le travail de l’acier, dont les compétences sont très recherchées pour la construction des gratte-ciel notamment. Personnellement, je ne m’étais jamais posé la question de savoir comment ni surtout par qui sont bâtis ces buildings qui font la fierté et la renommée des Etats-Unis... Et pourtant, quelle passionnante histoire ! Une véritable odyssée qui dessine le visage de ce grand pays et que nous conte Michel Moutot avec un talent hors pair.

Le récit s’ouvre sur la scène apocalyptique du 11 septembre 2001. Michel Moutot nous plonge dans le chaos. Poussière, fumées toxiques, odeurs suffocantes, chaleur insupportable... rien ne nous est épargné. Moutot, qui était alors sur place en tant que correspondant pour l’agence France Presse, est bien placé pour trouver les mots qui retranscrivent l’atmosphère infernale.

Au milieu de ce champ de ruines, John LaLiberté, indien mohawk, découpe les poutres d’acier pour tenter de dégager des survivants. Dès qu’il a su ce qui s’était passé, il s’est précipité : ces tours jumelles, son père les avait construites. Chez les LaLiberté comme chez de nombreux Indiens, on est ironworker de père en fils.
Car construire - ou déconstruire - des buildings est bien une spécialité des Indiens mohawks. La légende prétend qu’ils ne connaissent pas le vertige, ce qui en fait une main-d’oeuvre particulièrement recherchée. Les Indiens laissent dire. Ils ne trouveront jamais meilleur gagne-pain que celui-ci, qui exige une très grande adresse, une bonne dose d’audace... et qui paye bien.
Echafaudant judicieusement son récit autour de trois moments-clef, Moutot nous explique comment ce peuple s’est forgé une réputation d’habileté sans égale. Passant alternativement des années 1880, au moment de la construction d’un pont révolutionnaire enjambant le Saint-Laurent aux abords de la réserve mohawk, aux années 1970 qui virent l’édification du World Trade Center et, donc, au 11 septembre, nous suivons les destinées de quelques-uns de ses représentants sur plusieurs générations.
Nous les accompagnons sur leurs poutres d’aciers, à des centaines de mètres au-dessus du sol, et frémissons de les imaginer évoluer ainsi dans les airs, sans aucun harnais ni le moindre système de sécurité. Et c’est bien cela qui est effarant. Il fallut attendre les années 1980 pour que des mesures soient prises et rendues obligatoires, faisant ainsi considérablement chuter - si je puis dire ! - la tolérance en matière de perte des effectifs sur un chantier.

Ce qui est passionnant dans ce livre, c’est que derrière cette fresque extrêmement vivante se cache une enquête ultradocumentée qui nous en dit énormément sur l’Amérique et son histoire. Vraiment, vraiment, je vous encourage à le lire ! Quand une lecture procure un tel plaisir tout en nous ouvrant les yeux sur le monde, ce serait dommage de passer à côté !


Un grand merci à la librairie L’Arbre à lettres Bastille, l’une de mes deux librairies de référence, pour l’avoir porté à l’attention des lecteurs et donc de la mienne !


Retrouvez Michel Moutot dans un entretien qu'il a bien voulu m'accorder, ainsi que sur France Inter chez Alain Le Gouguec, dans 116 rue Albert-Londres

Découvrez une citation de l'auteur

Et en bonus, quelques photos










26 commentaires:

  1. Très tentant. .. Ça me fait penser aux Saisons de la nuit de Colum McCann, que j'avais beaucoup aimé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux pas te répondre, je ne l'ai pas lu.
      Mais celui-ci je l'ai fini ce matin... et je suis encore dedans !

      Supprimer
  2. Les photos sont incroyables ! c'est un livre que j'avais repéré et tu me donnes encore plus envie de le découvrir, pour le côté historique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais être un peu redondante, mais franchement ce livre est un pur moment de bonheur !
      Quant aux photos, c'est vrai qu'elles sont incroyables... comme l'est le fait qu'on ait pu laisser des types se balader ainsi dans les airs en trouvant parfaitement normal d'en perdre régulièrement. Il fallait bien construire l'Amérique et sa légende, quel qu'en fût le coût...

      Supprimer
  3. Oh là je sens que j'aimerais! Je connaissais cette histoire d'indiens n'ayant pas le vertige (inventé?) et surtout la fameuse photo où on voit des ouvriers manger leur casse croûte sur une poutre d'acier. Bon, je file, moi j'ai le vertige rien qu'à regarder ces photos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est certainement pas ce roman qui va te l'ôter ; - )

      Supprimer
  4. Quelle horreur ! Moi qui ait de plus en plus le vertige, j'ai les jambes toutes molles rien qu'à regarder ces photos ! (que je connaissais déjà )
    Tu me tentes en tout cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi que ne l'ai pas, j'avoue qu'en lisant ce livre, j'étais tétanisée !

      Supprimer
  5. Beau billet qui donne vraiment envie de lire le livre (dès le printemps) ! D'autant plus que je fais confiance à la collection Arléa. que j'ai découverte avec "Eux sur la photo" d'Hélène Gestern. Une excellente lecture.
    Les photos sont impressionnantes... Moi aussi, rien qu'à les regarder, j'ai le vertige !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un "livre de l'été" idéal. Mais, bien évidemment on n'est absolument pas obligé d'attendre !!!
      Et je partage ton commentaire sur Arlea. C'est toujours d'autant plus agréable de pousser un livre qu'il est édité par une "petite" maison.

      Supprimer
  6. Bonjour à toutes et tous,
    j'ai écrit "Ciel d'acier", c'est mon premier roman.
    Un immense merci à Delphine pour sa critique, c'est bien au-delà de ce que j'espérais quand j'ai écrit la première phrase.
    J'espère que ceux d'entre vous qui le liront y prendront autant de plaisir. Sachez en tout cas que ce fût une joie de l'écrire. Je suis tombé amoureux de l'histoire des Indiens Mohawks lors de ma première rencontre avec l'un d'eux, qui est (assure-t-il...) le petit-fils d'un de ces hommes assis sur la poutre.

    Cordialement.

    Michel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A mon tour de vous remercier Michel !
      Dans la vie d'une lectrice, une belle lecture, surtout lorsqu'il s'agit d'une découverte, est un moment singulier. On sait généralement dès les premiers mots que le frisson tant recherché est là, entre les pages...
      Lorsqu'en plus il ouvre sur un échange avec l'auteur, l'émotion n'en est que plus profonde.
      Bravo encore pour votre étonnante histoire, si bien racontée !

      Supprimer
  7. Je ne sais pourquoi, j'étais persuadée qu'il s'agissait d'un essai ! Si c'est de la fiction, bien documentée, ça me convient tout à fait, et je note, plutôt deux fois qu'une !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bel et bien de la fiction, et de la bonne ! Mais on en apprend autant qu'avec un essai historique ! Deux-en-un, quoi !

      Supprimer
  8. Je l'ai lu et beraucoup aimé! Ily a tout ce que l'on aime lorsqu'on se plonge dans un roman: cette impression d'apprendre des tas de choses que l'on ignorait sans que jamais cela soit rébarbatif, des histoires de chair et de sang contées par un personnage haut en couleur et un formidable suspense qui fait qu'on ne lâche plus le livre quand on l'a commencé: http://tinyurl.com/pc26566

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pourquoi il va être idéal à lire dans les semaines qui viennent : quel bonheur d'avoir la liberté et le luxe de le lire d'une traite !

      Supprimer
  9. Je suis en train d'en achever la lecture et je suis déjà triste, comme chaque fois que je dois quitter un roman qui m'a procuré plaisir et émotions par le biais de personnages attachants et hors du commun. Au-delà du roman, c'est un véritable document qui est donné à lire, riche d'enseignement... J'ai appris beaucoup et ça m'a passionnée. J'espère que Michel Moutot aura d'autres histoires à nous raconter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il en a un en préparation. Mais il en est encore à l'étape de documentation... Il nous faudra être encore patients !

      Supprimer
  10. Incroyable que je n'ai jamais entendu parler de ce roman (sauf ici, mais un seul billet n'a pas suffi à avoir marqué ma mémoire). Je viens de le recevoir pour sa sortie prochaine en poche, j'ai hâte de l'ouvrir grâce à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu vas te régaler, alors ! L'as-tu reçu dans le cadre du prix des lecteurs Points Seuil ?

      Supprimer
  11. je viens de finir ce roman que je trouve absolument extraordinaire et les photos sont géniales même si sujette au vertige je ne peus pas trop les regarder , je vais mettre un lien vers ton blog

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Luocine ! Je suis ravie que tu l'aies aimé. Je file voir ton billet.

      Supprimer
  12. Je viens de le proposer dans mon cercle de lecture IRL . Il se trouve que l'auteur est collègue de l'une d'entre nous par ailleurs ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle excellente idée, Mior ! Tu me diras si ce livre a plu ?

      Supprimer