samedi 16 janvier 2016

Mala vida


Marc Fernandez

Préludes, 2015


En Espagne, de nos jours, une série de meurtres fait resurgir les sombres heures du franquisme... 

Une couverture au graphisme percutant, la reprise du titre d’une chanson de la Mano Negra, une quatrième indiquant que l’action se situait dans une Espagne « toujours hantée par son histoire récente » : il n’en fallait pas davantage pour attirer mon attention sur ce polar écrit par un journaliste franco-espagnol.

C’est dans une Espagne ayant choisi de porter au pouvoir une droite dure qu’une série de meurtres inexpliqués est commise. Si le lecteur sait rapidement qui en est l’auteur, c’est que le cœur de l’intrigue réside ailleurs, ces meurtres étant liés à un scandale, dit des « bébés volés », qui va désormais éclater au grand jour et qui trouve ses racines sous le sombre régime de Franco.
Si l’on sait que dans les dictatures latino-américaines, en Argentine notamment, de nombreux nouveau-nés furent enlevés à leurs parents dès leur naissance pour être confiés à des partisans du régime en place, j’ignorais totalement jusqu’à ce jour que de tels actes avaient été commis à quelques pas de chez nous, chez nos voisins espagnols. En même temps, on sait bien ce qu’est une dictature, et les méthodes varient rarement de l’une à l’autre... Mais ce qui est plus étonnant - et effroyable - et que  nous révèle ce roman, c’est que ce trafic a perduré bien après le passage à la démocratie.  Or si ce texte prend la forme d’une fiction, il a été précédé d’une véritable enquête journalistique de la part de l’auteur, et on peut donc raisonnablement penser que ce roman s’appuie sur des faits réels.

Je ne dirais pas que ce polar est d’un rythme haletant, ni qu’il est d’une originalité renversante. En revanche, les personnages sont bien campés et plutôt convaincants, et le contexte social d’une Espagne qui n’a toujours pas réglé ses comptes avec son passé est admirablement posé. De plus en plus, des voix s’élèvent pour demander qu’enfin le pays regarde son histoire en face. Si, à tort ou à raison, l’amnistie a pu paraître comme la seule condition d’un changement de régime après la mort de Franco, l’Espagne en garde aujourd’hui les douloureuses séquelles. Des écrivains comme Marc Fernandez ou Andrés Trapiello font désormais entendre leur voix pour dire la douleur d’un peuple et la nécessité de devoir tôt ou tard assumer son histoire.


Retrouvez l'auteur parlant de son livre à la librairie Mollat


16 commentaires:

  1. Il y a deux ou trois ans, j'ai entendu un reportage sur France Culture sur ces gens qui aujourd'hui encore cherchaient leurs vrais parents en Espagne parce qu'ils avaient été enlevés à la fin des années 70, après la chute du franquisme...
    Quand une dictature tombe, les gens en place, "le petit personnel", restent et continuent leurs lucratives pratiques...
    J'ai lu un autre roman français qui traite du même sujet : "L'hiver des enfants volés" de Maurice Gouiran chez Jigal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour la référence, je ne connaissais pas. J'irai voir de plus près : l'histoire contemporaine de l'Espagne est un sujet qui m'intéresse beaucoup.

      Supprimer
  2. Mon attention avait été attirée par ce roman, merci de me confirmer qu'il me plairait ! ;-)

    RépondreSupprimer
  3. j'avais repéré ce roman pour sa couverture et son titre, mais je ne savais pas qu'il parlait de trafics d'enfants - moi aussi j'ignorais que cela s'était aussi passé en Espagne, je ne connaissais que le cas argentin dont on a beaucoup parlé. Du coup, cela éveille mon intérêt...
    bon, après les enfants cachés, les enfants kidnappés...tu restes dans la même lignée !:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, tiens ! Je n'avais pas vu ça comme ça ;-)

      Supprimer
  4. J'ai dû entendre la même émission que Sandrine. L'Espagne vit sur un tas de secrets gênants, mais il y a encore d'énormes résistances pour aller y voir de plus près.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, d'où l'intérêt de ce genre de récit.

      Supprimer
  5. Je ne connaissais pas du tout ce type de pratiques, je trouve que ça fait froid dans le dos, et je trouve ça très symptomatique qu'une amnistie ait d'une certaine manière empêché que ces actes soient jugés. Du coup, c'est vrai qu'on s'attend carrément à quelque chose d'assez haletant ... je t'aurais espérée davantage enthousiaste (même si tu n'es pas négative).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas négative du tout ! J'ai vraiment apprécié ce roman, que j'ai trouvé très intéressant et bien mené.
      Mais disons que c'est un premier roman, et qu'on sent que l'auteur, qui s'y connaît très bien en la matière puisque je crois qu'il est critique de polars, applique les codes et les règles du genre. Il le fait bien, mais a besoin selon moi d'acquérir un peu de maturité pour parvenir à livrer un texte peut-être plus personnel. Mais, franchement, c'est un bon livre, qui vaut la peine !

      Supprimer
  6. Une situation vraiment terrible, que j'ignorais même si malheureusement elle ne me surprend pas :-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce roman a au moins le mérite de la révéler au grand jour...

      Supprimer
  7. En voila un qui me tente moyennement je dois dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut pas faire mouche à tous les coups ;-)

      Supprimer