mercredi 20 janvier 2016

La renverse

Olivier Adam

Flammarion, 2016



Un nouvel opus à la fois proche et différent des précédents romans de l'auteur.

Comme à chaque fois qu’Olivier Adam sort un nouveau roman, c’est avec gourmandise que je me suis plongée dans sa lecture. J’aime retrouver le regard singulier qu’il pose sur le monde, sans concession et pourtant plein d’une forme de tendresse. J’aime ce mélange d’intransigeance à l’égard de la société et d’une certaine indulgence pour les êtres qui la composent - ou du moins certains d’entre eux. J’aime cette étonnante alliance de noirceur et d’autodérision qui fonde pour moi l’alchimie de son talent.

Ce nouveau roman, je l’ai lu d’une traite, comme les autres. J’en ai savouré le style et les phrases, précises, pleines de la rage contenue des héros, au plus près de leurs émotions. Le ton d’Olivier Adam reste incisif, et ce n’est évidemment pas pour me déplaire.

D’où vient alors que je n’ai pas vibré de la même émotion qu’en lisant Peine perdue ou Les Lisières ?
Est-ce parce que cette histoire d’un responsable politique accusé d’avoir profité de sa position pour contraindre des femmes à se soumettre à son désir est trop étrangère à l’auteur ? Est-ce parce que je suis moi-même lasse des histoires de mœurs ou de malversations jetant sans cesse l’opprobre sur une classe politique de plus en plus discréditée ? Est-ce le côté fait divers qui m’a tenue à distance ?
Sans doute est-ce un mélange de tout cela...

J’avoue que je n’ai pas trouvé de réel intérêt à cette histoire. Traitée d’un point de vue extérieur, puisque le narrateur est le fils de la plus proche collaboratrice du maire impliqué dans cette affaire, on n’en saisit pas la dimension psychologique. Olivier Adam ne s’intéresse pas à cette forme d’ivresse que procurent le pouvoir et le désir de prendre l’ascendant sur autrui ; tout juste la suggère-t-il. Quelques mots sont dits des victimes, de leur souffrance, des dégâts produits sur leur existence; mais telle n’est pas non plus sa préoccupation.
Les événements sont vus à travers le prisme des enfants respectifs des principaux protagonistes. Adam s’intéresse plutôt à de tout jeunes individus, Antoine et Laetitia, qui doivent se construire dans un environnement d’une fadeur absolue, où les référents, tant dans leur dimension sociale, avec un maire sans morale, que privée, avec des parents qui ne leur offrent aucun horizon vers lequel se projeter, les enferment dans un abîme de morosité.
Il m’a manqué, je crois, dans cette lecture le regard distancié qu’Olivier Adam adoptait dans ses précédents livres. Si sa vision de la société y était aussi sombre qu’elle l’apparaît ici, il y mettait une dose d’humour et de cynisme qui rendait la violence de son propos non seulement supportable, mais, selon moi, franchement réjouissante.

Les pages les plus réussies de ce roman me semblent être celles où, vers la fin, l’écrivain dépeint le parcours de la mère d’Antoine, ses espoirs, ses illusions balayées, ses naufrages. Il explique la manière dont son milieu et son environnement l’ont façonnée. Et c’est là qu’il est le meilleur.

Malgré ces réserves, Adam n’en reste pas moins un écrivain de très grand talent, dont j’ai retrouvé la plume avec plaisir. Ma relative sévérité est à la mesure de l’admiration que je lui voue.

Laure a beaucoup aimé

26 commentaires:

  1. Bonjour,
    J'ai acheté ce livre hier, car comme toi j'aime beaucoup cet auteur et tout particulièrement son roman "Les Lisières"... J'espère ne pas être trop déçue par celui-ci ! Même si c'est la cas, je te rejoins dans ta conclusion, Olivier Adam est un écrivain de talent et je sais que j'apprécierai au moins sa belle écriture !
    Bonne journée
    Amicalement,
    Nathalie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire, Nathalie. Du coup, je serais très curieuse de connaître ton avis. J'espère vivement que tu reviendras me dire ce que tu en auras pensé !

      Supprimer
  2. Jamais lu et auteur, ça ne me dit rien, c'est comme cela, sans vraiment de raison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut pas toujours chercher raison à tout ;-)

      Supprimer
  3. J'ai trop lu par la passé Olivier Adam et je n'accriohe plus à son style.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, je ne m'en lasse pas... Mais tout cela est très personnel !

      Supprimer
  4. C'est un auteur dont je n'ai lu que Les Lisières, et j'avais envie de le retrouver grâce à ce titre...dommage qu'une aficionado comme toi soit un peu déçu, j'ai peur de me sentir éloignée du thème du roman alors que Les Lisières m'avait touchée par le rapport à la famille, le regard d'un adulte qui revient sur les lieux de son adolescence et fait le point sur sa vie, le rapport à la ville de banlieue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eva, j'ai envie de te dire : "lis-le quand même !" Il aborde en fait ces mêmes sujets, mais avec une focale différente. En cela, c'est assez intéressant. Et puis je n'ai fait qu'exposer mon sentiment personnel. Peut-être ne percevrais-tu pas les choses de la même manière. D'ailleurs, Laure, que je mentionne à la suite de mon billet, a quant à elle beaucoup aimé...

      Supprimer
  5. Je n'ai lu que "je vais bien ne t'en fais pas" sans être du tout emballée. Par contre j'ai aimé la nouvelle qui est parue récemment dans le recueil "bienvenue". J'ai l'intention de lire "les lisières" pour me réconcilier (peut-être) avec l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un très bon choix, Aifelle, c'est mon préféré !

      Supprimer
  6. ah mince, dis donc, il a l'air très inégal comme auteur non ? je ne l'ai jamais lu, mais ton pitch ne me tente pas plus que cela (il y a effectivement un côté fait divers dans ce que tu rapportes). Je le découvrirai donc avec un autre titre car si une fan de l'auteur se dit moins enthousiaste que d'habitude, je me méfie.
    Beau billet d'amour vers l'auteur quand même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Inégal, je ne dirais pas ça. Il arrive aux meilleurs d'avoir une petite faiblesse... Je suis heureuse que l'on sente malgré tout que j'aime profondément cet écrivain... que je vais m'empresser de retrouver dans quelques minutes, chez ce cher François ;-)

      Supprimer
  7. J'aime tes interrogations par rapport à cette lecture. D'olivier Adam, je ne connais que la littérature jeunesse. Si je devais un jour le lire en "adulte", je ne commencerais pas par ce titre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est cela qui intéressant avec la littérature : les questions qu'elle nous amène à nous poser ;-)

      Supprimer
  8. je l'ai vu hier à LGL. J'aime bien ce type et je crois que je vais lire ce roman. J'avais adoré Les Lisières.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira, Violette. Reviens déposer le lien vers ton billet quand tu l'auras publié. Je serais très curieuse de connaître ton avis.

      Supprimer
  9. Je n'ai jamais réussi à accrocher à un roman d'Olivier Adam, à part en jeunesse... Pas un auteur pour moi je crois...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le monde serait bien triste et bien pauvre si nous avions tous les mêmes goûts et les mêmes affinités...

      Supprimer
  10. J'aime beaucoup la façon dont tu parles de cet auteur. J'apprécie son style, mais son côté un peu misérabiliste me gêne. En tous cas "Peine perdue" m'avait laissée un peu dubitative (même si je reconnais qu'il croque des portraits excellents).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie Céline pour tes mots et pour ta visite.
      Pour ma part, je ne trouve pas qu'il soit misérabiliste. Je trouve qu'il dit les choses sans faux-semblant, sans fard. Mais je reconnais que lorsqu'il n'y a plus le filtre de l'humour ou d'une certaine forme de dérision, le propos perd de sa force.

      Supprimer
  11. On voit que tu connais bien cet auteur, ton analyse est fine. Est-ce que tu aurais eu le même sentiment sur ce livre si tu n'en avais pas lu d'autres de cet auteur ? N'attendons-nous pas trop de nos auteurs favoris ?
    Ce que tu écris m'interpelle car je suis en train de lire le dernier livre d'Antoine Laurain (je me suis ruée sur le livre dès que j'ai vu le nom de l'auteur dessus) et je ne peux pas m'empêcher de le comparer aux précédents et voilà, je suis un peu déçue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est difficile à dire. Il est évident que l'attente est plus grande lorsqu'on connaît un écrivain, et surtout lorsqu'on l'apprécie particulièrement !
      J'ai hâte de découvrir ton billet sur Rhapsodie française pour savoir pourquoi il t'a déçue : je l'ai sous le coude !
      Mais la différence c'est que moi, je n'ai jamais rien lu de Laurain ;-)

      Supprimer
  12. Je ne savais pas que tu aimais autant cet auteur, voilà encore un point commun entre nous :) J'avais adoré Un coeur régulier et je viens de lire Peine perdue que j'ai beaucoup aimé, à nouveau.

    Il possède ce regard analytique peu réjouissant sur notre société, mais qui me semble si fidèle à la réalité. En fait, il me parle, tout simplement. On partage les mêmes pensées, il me touche. J'ai dans ma bibliothèque Les lisières. Tu m'as convaincue de le lire avant La renverse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mon préféré !
      Olivier Adam est le type d'écrivain qui fait suscite soit une véritable adhésion, soit le rejet. Puisque tu fais comme moi partie de la première catégorie de lecteurs et que tu aimes le regard qu'il porte sur la société, je pense que Les Lisières devrait te plaire...

      Supprimer
  13. j'aime beaucoup cet auteur que j'ai découvert avec "Falaises" et enchaîné avec "les lisières" et "peine perdue"... donc celui-ci je l'attends de pied ferme ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, j'espère qu'il te convaincra davantage que moi...

      Supprimer