dimanche 6 juillet 2014


Les sept vies du marquis

Jacques Ravenne

Fleuve éditions, 2014




Un livre qui permet de découvrir un écrivain que chacun croit connaître.

Voici un roman historique : un genre que j’affectionne particulièrement, tout comme j’apprécie les films appartenant à cette même catégorie, qui nous plongent avec ravissement dans une époque du passé.

Dans son livre, Jacques Ravenne brosse le portrait de Sade, dont il semble être un lecteur passionné. Mais au-delà du portrait du divin marquis, c’est celui de la noblesse en fin de règne qu’il fait également, tout en nous immergeant dans le climat de la France préparant, puis accomplissant sa révolution.
Jacques Ravenne, auteur bien connu du public, notamment pour les livres qu’il écrit avec la complicité d’Eric Giacometti, que je n’avais moi-même jamais lu, possède une plume fluide qui rend la lecture de son livre facile et agréable. On découvre un personnage que l’on croit connaître - qui n’a jamais entendu parler du marquis de Sade ? - mais dont on n’a généralement guère plus que quelques idées reçues, voire quelques solides préjugés.

Le personnage qu’il nous présente est évidemment hors norme, dans sa sexualité débridée, mais surtout dans son refus d’accepter le moindre compromis. Jamais il ne toléra de brider ses propos, son imagination, ni son écriture, ce qui lui valut d’être emprisonné sous tous les régimes - monarchie, Terreur, Empire. 
En dépit de tous les excès de cet individu, on ne peut qu’être impressionné par sa résistance et son acharnement à défendre sa liberté d’expression sans que rien ne le fasse jamais plier, redoublant au contraire de persévérance pour écrire et diffuser ses oeuvres (il est prêt d’ailleurs à quelques extrémités assez inattendues pour préserver ses écrits de la censure, et que je ne vous révèlerai pas ici, pour vous en laisser le plaisir de la découverte !). 
On y découvre également un être intensément amoureux et suscitant lui-même la passion de plusieurs femmes. 

La vie de Sade est assez précisément relatée, et l’on devine l’auteur extrêmement documenté. 
Ce que j’ai regretté en revanche, c’est le traitement par trop expéditif et du coup un peu caricatural des autres personnages historiques, certains étant de premier plan, tels Robespierre ou Fouché. Il semble qu’à vouloir réhabiliter le sulfureux écrivain, Jacques Ravenne a un peu négligé les héros secondaires de son livre. On ne lui en voudra pas : il réussit à donner au grand public une image humanisée de Sade, dépassant les nombreux clichés, ce qui est en soi un bel exploit.

4 commentaires:

  1. Réponses
    1. En effet. Et j'avoue qu'entre cette lecture et celle de ma chère Abnousse Shalmani, je vais bien finir par aller à la source et lire Sade lui-même...

      Supprimer
  2. Je ne me suis jamais beaucoup intéressée à Sade, donc ce livre n'est pas pour moi. J'ai trop lu de romans historiques dans ma jeunesse, je me suis lassée ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends. Dans ce cas, effectivement, ce n'est pas la bonne pioche ! Pour ma part, je garde un certain attrait pour les romans historiques, de temps en temps !

      Supprimer